Homme regardant un feu avec un exincteur
Société
 

La résistance au feu : Qu’est-ce que ça signifie ?

La résistance au feu est une notion bien souvent confondue à la réaction au feu. Toutefois, ces deux termes n’expriment pas les mêmes idées. La résistance au feu est en réalité liée aux capacités d’un élément à résister au feu. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?  Découvrez-le dans la suite de cet article.

Qu’est-ce-que la résistance au feu ?

Lors d’un feu, la résistance au feu définit la durée pendant laquelle un matériau de construction (porte, plafond, plancher, paroi,…) maintient fermement ses propriétés mécaniques et physiques. Autrement dit, il s’agit de cette capacité qu’a un élément ou un produit, et qui lui permet en présence d’un incendie, de conserver ses propriétés, durant un certain temps.

C’est ce critère qui est utilisé pour classer et évaluer la résistance au feu d’un matériau. À ce niveau, il est important que vous gardiez à l’esprit que réaction et résistance au feu n’ont absolument pas le même sens. Nous en parlerons plus bas.  Découvrons à présent les différentes classifications en matière de résistance au feu.

Comment est classifiée la résistance au feu ?

La résistance au feu fait l’objet de deux types de classification : la classification française et la classification européenne.

La classification française

Dans la classification française, la résistance au feu comprend trois catégories :

  • Coupe-feu (CF) : ici, l’élément est inflammable et lutte contre la propagation des fumées, des gaz et de la chaleur ; du côté non endommagé pendant le temps indiqué ;
  • Pare-flammes (PF) : l’élément ou le matériau évite l’avancée des flammes et conserve une excellente stabilité face au feu durant toute la durée indiquée ;
  • Stable au feu (SF) : durant la durée déterminée, le matériau de construction maintient ses capacités d’auto-portance et de portance.
Lisez aussi :  Quel est le prix du cours du cuivre ?

Les critères CF, PF et SF se notent comme des fractions d’heures (3/4h, 1/2h, 1/4h, etc.). Ce pourrait être par exemple « SF 6h » (stable au feu durant 6 heures).

La classification européenne

Le besoin d’harmonisation des systèmes nationaux dans l’ensemble de l’Union européenne amène à distinguer trois classes ici :

  • l’isolation thermique : notée (I), elle s’intéresse aux limites des échauffements susceptibles d’être admis sur le côté des éléments séparatifs qui n’est pas exposé au feu ;
  • l’étanchéité aux gaz chauds et aux flammes : elle est notée (E) et représente la nouvelle terminologie de « pare-flamme ». Cette notion se rapporte aux éléments séparatifs ;
  • la force portante ou résistance  mécanique : elle concerne l’aptitude des éléments d’ouvrage et de construction à rester stable et équilibrée. Elle vient remplacer la terminologie « stable au feu ». La force portante est quant à elle notée (R).

Le temps de résistance en minutes est donné par ces lettres accompagnées de deux ou de trois chiffres (comme REI 120 pour signifier « coupe-feu durant 120 min).

En quoi la résistance au feu diffère-t-elle de la réaction au feu ?

Dans le domaine de la sécurité incendie, les deux notions « réaction au feu » et « résistance au feu »  sont distinctes et bien différentes. Toutes les deux sont effectivement codifiées de façon bien réglementée aux niveaux européen et national.

Alors, comme nous l’avions vu, la résistance au feu est la durée pendant laquelle l’élément de construction limite la propagation. Pour sa part, la réaction au feu désigne la capacité d’alimenter le feu (inflammabilité, combustibilité) d’un matériau. En d’autres termes, c’est le comportement d’un matériau (papier, bois, béton, etc.) comme combustible. Les caractéristiques de cette réaction au feu sont précisément déterminées après des essais normalisés (dans les centres agréés). A cet effet, les matériaux sont classés en deux types (matériaux d’aménagement et produits de construction).

Lisez aussi :  Combien de grammes de pâtes doser par personne ?

En fin de compte, pour classer et évaluer la résistance au feu, trois critères de performances sont utilisés (I, E et R).

Articles similaires :

Ajouter un commentaire